La psychologie transpersonnelle est une école de psychologie née au début des années 1970 de la rencontre entre plusieurs thérapeutes, dont Abraham Maslow (cofondateur de la psychologie humaniste), Carl Ducckhiem (thérapie initiatique) et Stanislav Grof (fondateur de la respiration holotropique). Considérée comme la quatrième vague en psychologie (après la psychanalyse, le cognitivo-comportementalisme, le courant existentiel-humaniste), elle se situe dans la lignée de psychanalystes comme Carl Gustav Jung et Roberto Assagioli.

Cette approche prend en compte différentes dimensions de l'être humain, et apporte une vision "élargie" de l'Homme (philosophique, spirituelle, collective). Elle apprend à la personne à rentrer en relation et développer cette relation avec ce qui l'a fait souffrir. Dans la douceur et la subtilité. Le postulat est en effet que ce n'est jamais la personne ou l'objet qui fait souffrir, mais toujours la relation qu'on a avec tel ou tel objet ou personne.

Enfin, elle intègre aux découvertes des trois écoles psychologiques classiques (Théories cognitivo-comportemental, psychanalyse et thérapies humanistes-existentielles), les données philosophiques et pratiques des grandes traditions spirituelles (religions et chamanisme), ainsi qu’une étude approfondie des différents états modifiés de conscience.